Au palais du noir et blanc.

Pas de couleur ici, tout y est manichéen: Noir et/ou Blanc

26 octobre 2009

Anchorage diagonal

Le LacAinsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages, Dans la nuit éternelle emportés sans retour, Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges Jeter l’ancre un seul jour ? Ô lac ! l’année à peine a fini sa carrière, Et près des flots chéris qu’elle devait revoir, Regarde ! je viens seul m’asseoir sur cette pierre Où tu la vis s’asseoir ! Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes, Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés, Ainsi le vent jetait l’écume de tes ondes Sur ses pieds adorés. Un soir, t’en... [Lire la suite]
Posté par proteiforme à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13 février 2009

Tunnel de ma vie

Adieu tristesseBonjour tristesseTu es inscrite dans les lignes du plafondTu es inscrite dans les yeux que j'aimeTu n'es pas tout à fait misèreCar les lèvres les plus pauvres te dénoncentPar un sourireBonjour tristesseAmour des corps aimablesPuissance de l'amourDont l'amabilité surgitComme un monstre sans corpsTête désapointéeTristesse beau visage.Paul EluardLa vie immédiate
Posté par proteiforme à 10:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
09 février 2008

Le savoir des anciens

Les cloîtres anciens sur leurs grandes muraillesEtalaient en tableaux la sainte Vérité,Dont l'effet, réchauffant les pieuses entrailles,Tempérait la froideur de leur austérité.En ces temps où du Christ florissaient les semailles,Plus d'un illustre moine, aujourd'hui peu cité,Prenant pour atelier le champ des funérailles,Glorifiait la Mort avec simplicité.- Mon âme est un tombeau que, mauvais cénobite,Depuis l'éternité je parcours et j'habite ;Rien n'embellit les murs de ce cloître odieux.Ô moine fainéant ! quand saurai-je donc... [Lire la suite]
Posté par proteiforme à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 novembre 2007

Fa blanche

L'école du soir Aurore, à nul des coeurs qui saignent, Ne vas recommander l'école Où buissonnière on nous enseigne La douleur plutôt que les jeux.Un jour, en mousse se déguise L'espiègle Vénus, et son col Marin fait le ciel orageux ; Demain en maîtresse d'école,Mais marine, non buissonnière. Ses leçons sont plus à ma guise, Ignorante, elle qui serait De ses élèves la dernière !Vénus charmant les tableaux noirs Figure tracée à la craie, Enfin Vénus s'effacerait, Ligne à ligne, de nos mémoires. Raymond RadiguetLes joues en... [Lire la suite]
Posté par proteiforme à 18:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
13 novembre 2007

Autour de la menace

Verger (IV) De leur grâce, que font-ils, tous ces dieux hors d'usage, qu'un passé rustique engage à être sages et puérils ?   Comme voilés par le bruit des insectes qui butinent, ils arrondissent les fruits ; (occupation divine).   Car aucun jamais ne s'efface, tant soit-il abandonné ; ceux qui parfois nous menacent sont des dieux inoccupés.Rainer Maria RilkeReceuil: Vergers
Posté par proteiforme à 17:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
10 septembre 2007

Héros-Limite

« La mort, la mort folle, la morphologie de la méta, de la métamort, de la métamorphose ou la vie, la vie vit, la vie-vice, la vivisection de la vie » étonne et et est un nom, un nombre de chaises, un nombre de 16 aubes et jets, de 16 objets contre, contre la, contre la mort ou, pour mieux dire, pour la mort de la mort ou pour contre, contre, contrôlez-là, oui c’est mon avis, contre la, oui contre la vie sept, c’est à, c'est-à-dire pour, pour une vie et vidé, la vie dans, dans, pour une vie dans la vie.[...] Ghérasim Luca ... [Lire la suite]
Posté par proteiforme à 21:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 juillet 2007

La défense des anges.

Réversibilité Ange plein de gaieté, connaissez-vous l'angoisse,La honte, les remords, les sanglots, les ennuis,Et les vagues terreurs de ces affreuses nuitsQui compriment le coeur comme un papier qu'on froisse ?Ange plein de gaieté, connaissez-vous l'angoisse ?Ange plein de bonté, connaissez-vous la haine,Les poings crispés dans l'ombre et les larmes de fiel,Quand la Vengeance bat son infernal rappel,Et de nos facultés se fait le capitaine ?Ange plein de bonté, connaissez-vous la haine ?Ange plein de santé, connaissez-vous les... [Lire la suite]
Posté par proteiforme à 19:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 juin 2007

J'ai longtemps...

J’ai longtemps remonté des boites à musiqueJ’ai longtemps récité des tirades classiquesJ’ai longtemps cogité sous de tristes tropiquesJ’ai longtemps agité pour l’action poétiqueJ’ai longtemps évité l’approche analytiqueJ’ai longtemps assisté à des autocritiquesJ’ai longtemps exalté le pylône électriqueJ’ai longtemps respecté le poteau de boutique J’ai longtemps poireauté au métro RépubliqueJ’ai longtemps déjeuné au bistrot chez MoniqueJ’ai longtemps recherché des laines gaëliquesJ’ai longtemps vénéré l’automne et ses... [Lire la suite]
Posté par proteiforme à 16:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
17 juin 2007

Illusion d'optique

L'amoureuse Elle est debout sur mes paupières Et ses cheveux sont dans les miens, Elle a la forme de mes mains, Elle a la couleur de mes yeux, Elle s'engloutit dans mon ombreComme une pierre sur le ciel.Elle a toujours les yeux ouvertsEt ne me laisse pas dormir.Ses rêves en pleine lumièreFont s'évaporer les soleils,Me font rire, pleurer et rire,Parler sans avoir rien à dire Paul Eluard
Posté par proteiforme à 17:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 juin 2007

Rien ne sert de courir, il faut partir à point.

Le Lièvre et la Tortue Rien ne sert de courir ; il faut partir à point. Le Lièvre et la Tortue en sont un témoignage. Gageons, dit celle-ci, que vous n'atteindrez point Sitôt que moi ce but. - Sitôt ? Etes-vous sage ? Repartit l'animal léger. Ma commère, il vous faut purger Avec quatre grains d'ellébore. - Sage ou non, je parie encore. Ainsi fut fait : et de tous deux On mit près du but les enjeux : Savoir quoi, ce n'est pas l'affaire, Ni de quel juge l'on convint. Notre Lièvre n'avait que quatre pas à faire ; ... [Lire la suite]
Posté par proteiforme à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]